St Étienne / 1ELEEC

A la découverte du monde ouvrier, hier et aujourd'hui

Par admin marius-bouvier, publié le vendredi 27 novembre 2015 11:25 - Mis à jour le vendredi 27 novembre 2015 11:31

A la découverte du monde ouvrier, hier et aujourd'hui

Ce jeudi 26 novembre 2015, les élèves de la classe de 1ère Bac pro Electricité sont partis en pays minier, à St Étienne et Firminy, pour découvrir ce qu'était être ouvrier, du XIXème siècle à aujourd'hui. Cette sortie s'inscrit dans les projets Eurêka soutenus financièrement par la région Rhône-Alpes, qui assure le transport et les entrées par la carte M'RA. Le sujet abordé fait partie de leur programme d'histoire et de lettres et d'art. La journée était organisée par Mmes Dal Pra, professeure d'Histoire et Crouzet, Documentaliste, accompagnées de Mme Mifsud (Arts) et M Sonier, professeur d’Électricité.

Le matin, les élèves ont visité le Puits Couriot, qui a fonctionné à St Étienne de 1919 à 1973. Ils ont marché dans les pas des mineurs, de la "salle des pendus" où leurs vêtements étaient hissés au plafond, à la lampisterie où ils récupéraient leur lampe, indispensable pour descendre au fond, dans les galeries des mines reconstituées (celles du puits Couriot descendaient à 700 mètres sous terre). L'aménagement des galeries leur ont permis de comprendre les conditions de travail extrêmement difficiles des mineurs de la Révolution Industrielle : danger, chaleur extrême, grisou ; puis d'aborder l'avancée de leurs droits grâce aux luttes syndicales et aux grèves. Des guides passionnés, petit-fils de mineurs, leur ont expliqué le fonctionnement de l'actionnariat dans les mines, la production du charbon, la "bataille du charbon" après la 2ème guerre mondiale (affiche) et la crise des années 60-70 avec la concurrence du pétrole. Ils ont compris à quel point la mine avait marqué le territoire stéphanois, par ses terrils, montagnes surgies du sol par l'accumulation des résidus de charbon, nommés 'crassiers", à St Étienne. Par ses cités ouvrières aussi, accolées aux collines, avec leurs petites maisons identiques et leurs jardins ouvriers.

L’après-midi a prolongé cette découverte sur l'évolution de l'habitat ouvrier au XXème siècle. En effet, les élèves ont visité " l'Unité d'Habitation-Firminy Vert", en opposition à Saint-Étienne, la ville "noire", appellation due à l'exploitation des bassins houillers. Cette barre d'habitation a été crée par l'architecte Le Corbusier (1887-1965) et inaugurée après sa mort en 1967. A l'origine, le projet prévoyait trois Unités d'Habitation de plus de 1000 logements chacune, pour répondre à la croissance de la population du pays minier et aux cité minières devenues insalubres ; pour accueillir aussi de nombreux travailleurs, dont des mineurs venus du Maghreb, que la France avait recrutés pour sa "bataille du charbon". Finalement une seule Unité a été construite, avec un budget moindre que "La Cité Radieuse" de Marseille. L'Unité d'Habitation se voulait une vision utopique de la cité : des "rues" à la place de couloirs, des logements à loggia imbriqués, du studio au F6, des commerces au rez de chaussée, une école et des bassins sur le toit...

Les élèves ont découvert l'appartement témoin, construit sous le signe du "Modulor", (photo) concept de Le Corbusier pour construire des appartements et meubles à taille humaine. Ils ont aussi pu apprécier l'utilisation de la lumière naturelle et la facilité de cacher les conduits électriques dans le béton, faisant le lien avec leur matière professionnelle.
Une journée réussie, où les élèves ont pu découvrir le sentiment de fierté d'être ouvrier, mais aussi à quel point l'industrie peut changer un paysage et influencer l'architecture.

 

Quelques photos de cette journée:

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe